Mobility - Accueil / Nous rejoindre / Enjoy my job / Louis-Philippe Delorme

Louis-Philippe Delorme

Louis-Philippe Delorme

Louis-Philippe Delorme est canadien et travaille en Suisse au sein de la filiale lausannoise de Mobility. Ce chef de projet ferroviaire nous parle caténaires, interculturalité et MaaS*.

 

Quel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Ma scolarité s’est déroulée au Québec, et notamment à l’Ecole Polytechnique de Montréal. En choisissant une spécialisation génie ferroviaire, j’ai effectué ma dernière année à l’ICAM, à Lille. J’ai donc un diplôme de génie mécanique et un master de génie ferroviaire.

Après cette année lilloise, j’ai décidé de rester en France. Pendant 3 ans comme chef de projet caténaires chez Colas Rail à Lyon, j’ai travaillé sur des projets de tramway et de trolleybus à Lyon et sur les tramways d’Angers et de Tours.

J’ai ensuite intégré les CFF, en Suisse. Durant 7 ans, j’ai notamment travaillé sur le projet CEVA, tunnel de 14 km creusé sous Genève pour rejoindre Annemasse.

Et j’ai finalement rejoint Mobility en novembre 2018 pour développer l’activité ferroviaire sur le territoire suisse.

Je suis arrivé en Europe pour les études et je n’en suis jamais reparti ! Et entre temps, j’ai rencontré ma femme et eu 2 enfants.

En quoi consiste votre poste ?

J’ai été embauché pour développer les projets ferroviaires de la filiale suisse, c’est-à-dire démarcher des clients et des partenaires mais aussi identifier les freins au développement (administratifs, culturels…) et les résoudre.

En Suisse, les caténaires, les engins et les trains sont différents de la technologie française. Un apprentissage est donc nécessaire. Ainsi, nous avons envoyé notre chef monteur en formation chez les CFF.

J’apprécie la diversité de mon poste, sa complexité et les défis à relever.

Vous êtes québécois et vous travaillez en Suisse pour la filiale d’une entreprise française… On peut dire que l’interculturalité est au cœur de votre vie professionnelle ! Comment le vivez-vous ?

Je trouve qu’il y a plus de similitudes culturelles entre la Suisse et le Québec qu’entre la France et le Québec. La France est un pays latin quand la Suisse, par ses racines germaniques, se rapproche plus de la culture anglo-saxonne. En Suisse, par exemple, les décisions sont longues à prendre mais mûrement réfléchies !

Notre culture suisse va progresser au fil des chantiers et des projets grâce au développement commercial.

Quelle est la spécificité de la Suisse en matière de transport ?

Il existe ici une forte culture populaire concernant les transports publics en général. Et le train, notamment, est un système fiable.

Pour aller au travail, je prends le bateau, le train, puis le bus ou le vélo en libre-service, via mon abonnement Maas. Et je gagne plus de temps qu’en voiture !

Je pense qu’en matière de multimodalité, la France a 20 ans de retard, et le Québec, 50 ans de retard ! L’Amérique du Nord est encore au tout-voiture. C’est aussi pour cela que je reste en Europe : il y a pour l’instant beaucoup plus de travail dans le secteur ferroviaire.

Quand vous ne travaillez pas, que faites-vous ?

Je suis fan de voile et je participe à des régates sur le Lac Léman l’été. Et l’hiver je profite de la montagne pour skier. J’aime mon cadre de travail !

 

* Mobility As A Service

 

Partager