Hélène Blanc

Hélène Blanc

Cette jeune Responsable administratif et comptable travaille sur le projet de rénovation du tunnel du Fréjus. Elle évoque les spécificités de son poste au sein d’une équipe franco-italienne.

Quel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Après un DUT Gestion des Entreprises et Administration et une licence Audit et Finance, j’ai effectué un Master 2 Finance et Contrôle de gestion à Lyon. A la suite de mon stage de fin d’études, j’ai travaillé un an et demi chez Veolia Eau puis j’ai effectué quelques missions chez Solvay et Total.

J’ai rejoint Mobility en juillet 2016 en tant que contrôleur de gestion structure (pour les frais généraux, reporting). Puis, j’ai intégré la direction Routes & Tunnels comme gestionnaire financier, ce qui m’a permis de me rapprocher de la gestion des projets.

En quoi consiste votre poste aujourd’hui ?

Je suis actuellement responsable administratif et comptable pour le projet de rénovation du Tunnel routier du Fréjus. En parallèle, je travaille en support sur la gestion de la direction Routes & Tunnels.

Pour le tunnel du Fréjus, je suis en charge du suivi et du contrôle des dépenses (de la DPR et du projet en global), la facturation et la gestion administrative du groupement piloté par Mobility : 5 entreprises dont 3 italiennes. Je dois adapter mon travail aux spécificités financières et fiscales italiennes.

Travailler sur un projet de cette ampleur, à dimension européenne, est une nouveauté pour moi. Il y a tout à créer à l’échelle du projet : mettre en place un compte bancaire pour groupement, les fichiers de gestion, le suivi de facturation, aborder les questions de fiscalité.

C’est la première fois que je travaille en mode projet, intégrée à l’équipe franco-italienne. Auparavant, j’étais uniquement en contact avec les chargés d’affaires et les Business Unit Managers. Ma casquette Routes & Tunnels me permet de garder une vision globale de tous les projets.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre poste ?

Le poste m’a permis de m’ouvrir davantage aux projets, de mieux appréhender toutes les problématiques qui peuvent se dégager ainsi que les process nécessaires à un grand projet.

J’ai également pu me rendre sur le chantier pour une visite du tunnel.

J’apprécie de collaborer avec des partenaires italiens et d’observer les différences culturelles dans la façon de travailler.

L’équipe française prend des cours d’italien pour le projet : c’est très appréciable car même si les Italiens parlent bien français, cela crée de la cohésion. C’est important de pouvoir communiquer simplement avec nos partenaires et de leur montrer qu’on fait des efforts d’adaptation. Et c’est un plus d’ajouter une langue à mes compétences !

Quelle est la spécificité de Mobility par rapport à vos expériences précédentes ?

Ce qui différencie Mobility, c’est la complexité et la taille des projets mais également l’adaptabilité indispensable pour travailler avec chaque pays, chaque culture qui engendre des attentes et des contraintes différentes.

Travailler en mode projet me permet vraiment de développer mes compétences et mon savoir-faire.

 

Partager