Fabrice Perrin

Fabrice Perrin

Le Responsable paie & administration du personnel de Mobility nous présente son métier, qui va bien au-delà du pilotage de la paie. Dans un environnement réglementaire en perpétuel mouvement, il accompagne les managers dans leur développement commercial à l’export et dans la gestion de leurs équipes.

Quel est votre parcours ?

Diplômé d’un DUT gestion d’entreprise, option Ressources humaines, j’ai commencé à travailler dans un groupe de presse gratuite au service paie. Avec 15 000 paies par mois, j’ai découvert ce métier et sa complexité technique. J’ai intégré ensuite une PME en tant que responsable du service RH. J’encadrais les paies, l’administration du personnel et la formation. Après plusieurs expériences dans le secteur industriel, j’ai rejoint Mobility en septembre 2015.

En quoi consiste votre poste ?

Il y a plusieurs composantes à mon poste. La première est bien sûr le pilotage de la paie, avec toute la complexité inhérente à la convention collective des travaux publics et à un métier de mobilité.

Mais au-delà de la paie, je suis en charge, avec mon équipe, de l'administration du personnel, c’est à dire la gestion juridique du collaborateur, de son embauche à son départ de l’entreprise et son accompagnement au quotidien. Cela inclut également des projets de rédaction d’accords d’entreprise : mutuelle, prévoyance, règlement intérieur, accords temps de travail…

Par ailleurs, Mobility étant très présent à l’export, j’assiste les BU dans la mise en conformité du détachement du personnel sur les projets internationaux : Suisse, Belgique, Luxembourg, Canada… Cela commence par un débroussaillage des dispositifs applicables en amont, puis le déploiement de permis de travail une fois le projet lancé. En Suisse, on a eu jusqu’à 40 personnes détachées avec des permis locaux. En moyenne, 10 à 15 % du personnel de Mobility est détaché.

Pour le groupe VINCI Energies et VINCI, je consolide les tableaux de bord des bilans sociaux et j’exploite les données sociales pour des analyses spécifiques. L’objectif est de mettre en lumière d'éventuels dysfonctionnements ou incohérences dans le fonctionnement social de l’entreprise.

Enfin, j’accompagne la direction dans les décisions économiques à prendre vis à vis du personnel et le pilotage de la masse salariale.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre rôle d’accompagnement des managers ?

C’est un sujet central. On ne fait pas que les paies ! Notre service est structurant sur de nombreux sujets et mon rôle est d’aider les managers à trouver les meilleures adaptations face à la réglementation et au besoin de fonctionnement des projets.

J’estime que j’ai réussi ma mission quand un manager vient me voir systématiquement avant de répondre à un appel d’offre pour étudier les conséquences sociales et se mettre en phase dans la réponse. Quand ils anticipent, cela veut dire qu’ils ont compris la plus-value que notre service peut apporter au business. J’espère être davantage un facilitateur qu’un caillou dans la chaussure !

 

Quelle est la spécificité de votre métier ?

Nous travaillons dans un environnement juridique en perpétuel mouvement. La réglementation sociale évolue en permanence (ex : prélèvement à la source) et ce contexte incertain génère des risques. Nous devons suivre de près l’évolution de la réglementation sociale pour être en phase dans son application. Cela demande beaucoup d’agilité !

Nous avons la chance d’évoluer au sein d’un grand groupe qui garantit une veille permanente sur ces sujets.

Quels sont vos enjeux actuels ?

La dématérialisation est un des principaux chantiers qui nous occupent actuellement.

On est dans une culture et un métier où on conserve tout : on croule sous les archives ! Deux facteurs nous amènent à changer de culture.

Le groupe VINCI Energies s’est doté d’un outil dédié à la dématérialisation des dossiers individuels qui basculent sur des coffres forts électroniques. Ce changement rencontre un bon taux d’adhésion chez les collaborateurs.

Et les modes de travail changent : la sédentarité est de moins en moins la référence. Les collaborateurs sont souvent en mobilité. La dématérialisation structurée et organisée est une vraie réponse.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre poste ?

C’est un poste très cadencé qui nécessite beaucoup de rigueur vis à vis de soi-même et des autres. Cela me correspond bien.

J’apprécie mon rôle de conseil aux managers : chercher des solutions pour faciliter le développement commercial.

C’est un métier en perpétuel mouvement avec une vraie diversité d’actions, qui vont d’un sujet très technique et précis à une vision beaucoup plus macro.

Partager